Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

Lutte contre la prolifération des sangliers et protection de la nature

Lutte contre la prolifération des sangliers et protection de la nature

 

 

 

 

 

Les sangliers sont de plus en plus nombreux et se sentent partout chez eux.  Y compris en zones urbaines qui leur offrent des terrains à labourer tels que les stades...La solution classique censée régler le problème est l'usage de la chevrotine, à toute époque, puisque le sanglier est classée parmi les espèces nuisibles....

Mais qu'en est-il lorsque ces animaux, pas bêtes, trouvent pendant la période de chasse refuge dans une réserve naturelle. On se doute bien que la solution ne peut pas être aussi sommaire que dans le cas précédent...

 

Ce problème de concentration de sangliers la Réserve du Val de Loire, y est confrontée depuis des années. Précisons les sangliers ne causent pas de dommages dans la réserve elle-même  ni aux espèces qu'elle abrite. Son conservateur précise même « qu'ils peuvent avoir un rôle favorable pour le rajeunissement des pelouses à un stade pionnier, ce qui est favorable à certaines espèces rares » (réunion du 8 novembre du comité consultatif de la Réserve- formation chasse et gestion -).

Mais la réserve étant cernée par les cultures (de maïs notamment), c'est au sortir de ce territoire protégé que les animaux causent des dégâts, dénoncés sans cesse par les agriculteurs et la fédération de la chasse qui les indemnise. ….. S'y ajoute le risque de colision sur les routes .

 

Pendant environ une dizaine d'années (la Réserve a été créée en 1995) ce problème de concentration a été réglé à coup de « battues administratives » et leur panoplie de chasseurs (une vingtaine) de rabatteurs et de chiens...Ambiance parfaite pour une réserve qui accueille des centaines d'oiseaux hivernants ! Et de plus méthode inefficace, ces interventions sporadiques n'étant pas de nature à assurer une réelle dispersion des sangliers.

 

En 2004 et après un dialogue constructif au sein du comité consultatif une solution originale a été approuvée par toutes les parties concernées : le tir à l'arc destiné au prélèvement et à l'effarouchement silencieux des sangliers pour les faire sortir de la réserve et les conduire vers les zones de chasse sans déranger les autres espèces qui peuplent la réserve. Action prévue chaque année 3 fois par an sur trois secteurs de la réserve non chassables et inscrite dans le plan de gestion 2017-2026 à la rubrique IP5-4-3 « gestion des populations surabondantes des sangliers »

 

Le plan de gestion prévoit malgré tout, quand cela est nécessaire, des battues administratives , réalisées par des lieutenants de louveterie, mais à des périodes précises avant le 15 novembre et de la mi-mars à fin mars pour évidemment ne pas déranger l'avifaune hivernante. Les battues de grande ampleur restent possibles ..mais la priorité est donnée à de petites battues, ciblées sur des sites, de courte durée et avec un minimum de participants et de chiens.

Ces conditions d'autorisation et d'organisation des opérations de régulation des sangliers surabondants sont prescrites dans un arrêté de novembre 2018 (58-10-01-001).

Or les préfètes de la Nièvre et du Cher ont pris le 21 novembre un arrêté qui autorise 3 battues administratives du 21 novembre au 15 décembre sur les 3 secteurs de la RNVL (les Loges, Le Lac et la Batte) qui contrevient donc au plan de gestion (AP n°58-2018-11-21-004). L'arrêté justifie cette dérogation exceptionnelle par le caractère d'urgence des risques et les dégâts constatés.

Cet arrêté est la résultante d'une réunion du 8 novembre 2018 de la formation restreinte « chasse et gestion de la faune surabondante » du comité consultatif où les chambres d'agriculture et les fédération départementales des chasseurs des 2 département on jugé « le dispositif actuel non satisfaisant ». Les mêmes qui en 2017 ont approuvé le plan de gestion !

 

Au-delà de cette décision déjà plus que regrettable mais qui selon l'arrêté devrait rester « exceptionnelle » il y a lieu de s'inquiéter pour l'avenir.

Lors de cette réunion du 8 novembre les chasseurs ont présenté des propositions concrètes pour améliorer les prélèvements des sangliers de la réserve du Val de Loire, qu'ils avaient adressées au préfet. Propositions qui aboutissent à en faire un lieu ordinaire de chasse traditionnelle  !!!

Ce que souhaitent les chasseurs :

  • chasser sur toute la réserve sur une période allant de courant octobre à mars et à minima une fois par mois et par île (voire davantage selon les circonstances....). Actuellement selon le décret de création de la Réserve la chasse est interdite sur le domaine public fluvial (linéaire fluvial 19km) et sur certaines parcelles privées mentionnées dans le classement. La chasse peut être pratiquée sur 350 ha de parcelles privées

  • par battue à tir avec armes à feu avec des chiens intervention la plus adaptée pour arriver à des prélèvements significatifs et à organiser sur l'ensemble des îles en fonction des besoins et de la fréquentation.

  • Confiée à une ou des équipes de chasse (rappelons que les battues administratives sont réalisées par des lieutenants de louveterie)

  • les opérations seraient coordonnées par le conservateur de la Réserve.... après mise en place d'un cahier des charges »prenant en compte les spécificités liées à la réserve et affichant une obligation de résultat relative à la gestion des populations de sangliers »

 

Il faut quand même que les chasseurs se sentent particulièrement soutenus par les autorités pour oser de telles propositions carrément aberrantes. La drague du président de la République auprès de ces «  protecteurs de la nature » qui perdent totalement de vue les raisons d'être d'une réserve naturelle (au premier rang desquels la conservation des milieux et des espèces),  porte ses fruits! Il rejoint en cela les 2/3 des politiques nationaux qui sont chasseurs ou pro-chasse.

 

On rappelle que la réserve du Val de Loire constitue, en raison même de son caractère non chassé un, site important d'accueil des oiseaux hivernants. Début novembre déjà plus de 1170 ont été recensés. Sont concernés par cette catégorie 111 espèces -24 hivernants stricts, 33 de passage et visiteuses et 54 à la fois nicheuses, de passage et visiteuses-.

 

On rappellera aussi la responsabilité des chasseurs dans la prolifération des sangliers, élevage, lâcher, développement de la chasse business et agrainage qui consiste à nourrir les animaux... pour assurer leurs présence lors des périodes de chasse . C'est ce qui se passe sur les propriétés privées de la Réserve chassables on est loin d'une politique de régulation des sangliers. Ajoutons le développement des cultures de maïs aux portes de la Réserve, met de choix pour les sangliers.

 

Enfin c'est un secret pour personne que les chasseurs sont contre les battues administratives dans la Réserve puisqu'elles leur échappent ; ils considèrent que ça empiète sur leur activité et constitue un manque à gagner....

 

Il s'agit donc maintenant de contrer la volonté de la fédération de chasse de reprendre pied dans la Réserve en s'appuyant sur la problématique sangliers, qui s'est exprimée lors de la réunion du 8 novembre 2018.

En rappelant déjà qu'introduire la chasse dans la Réserve nécessiterait une modification du décret ministériel de sa création et donc le respect d'une procédure.

 

On attend des associations qui siègent au Comité consultatif de la Réserve ( LVNAC, LPO58,Nature18) qu'elles réagissent rapidement auprès de Mme la Préfète pour dénoncer toute régression de la protection de l'environnement sur ce site.

Ces tristes péripéties démontrent une fois de plus que la protection de la nature doit faire l'objet d'une attention permanente y compris dans des sites où on pourrait espérer qu'elle soit respectée telles que des Réserves ou des Parcs nationaux et régionaux.

 

                                                                                            j. Thevenot

 

 

sangliers photos.jpg



25/11/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 148 autres membres