Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

CNAD - OGM, le débat est relancé pour ne pas dire la guerre

 

OGM, le débat est relancé, pour ne pas dire la guerre......


La Commission européenne ( Barroso II) vient de donner son feu vert à la culture et à la commercialisation (par le groupe BASF) de Amflora, une pomme de terre génétiquement modifiée, enrichie en amidon et contenant un gène marqueur de résistance à un antibiotique. Elle est destinée, à l'usage industriel comme la production de papier et à l'alimentation animale.

Les organisations de défense de l'environnement demandent au gouvernement français de faire jouer la clause de sauvegarde. Le ministère de l'Ecologie attend l'avis du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) pour arrêter sa position , ce qui prendra quelques mois.

La décision de la Commission européenne va à l'encontre de l'opinion publique européenne qui ne veut pas des OGM. Elle a été prise à la suite de l'avis favorable de l'Agence Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) qui repose sur des études scientifiques non fiables quant à l'évaluation des dangers potentiels environnementaux et sanitaires que représentent cette pomme de terre dont l'innocuité fait l'objet de controverses scientifiques depuis six ans. Rappelons que les études ne sont pas faites par les pouvoirs publics mais par les firmes elles-mêmes et en plus gardées secrètes...


La Commission dans la foulée...a également autorisé la commercialisation de trois produits contenant du maïs génétiquement modifié pour « l'alimentation humaine et animale mais pas pour la culture». Il s'agit de trois OGM issus du croisement des trois maïs GM MON 863, MON603 et MON810 (de la multinationale Monsanto), déjà autorisés dans l'Union pour l'alimentation, l'importation et la transformation.

Rappelons que 6 pays européens dont la France en 2008 ont suspendu la culture du maïs Mon 810.

Selon Greenpeace en 2010 plus de 50 autres plantes transgéniques sont en attente d'autorisation ou de leur renouvellement comme le maïs MON810. La clause de sauvegarde de la France en cours, ne s'applique qu'à la première autorisation de cet OGM elle sera automatiquement caduque donc si celle-ci était renouvelée et ce maïs pourrait à nouveau être cultivé en France si elle laissait faire.


Ces autorisations d'OGM par la toute nouvelle Commission Barroso , vont à l'encontre des conclusions adoptées à l'unanimité par les Etats membres, lors du Conseil européen des ministres de l'environnement du 4 décembre 2008: qu'il n'y ait plus d'autorisation d'OGM sans le renforcement de l'expertise scientifique communautaire.

Elles sont une déclaration de guerre contre les citoyens européens qui majoritairement refusent de cultiver et de manger OGM faute justement de toute évaluation scientifique sérieuse des risques tant sur l'environnement que sur la santé. Ils vont devoir une fois de plus se mobiliser derrière les associations qui tentent de faire échec aux manoeuvres de passage en force de la Commission européenne....

J. Thévenot





07/03/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres