Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

SARDY-LES-EPIRY : Le bois Tronçay, UN BOIS ORDINAIRE ?

SARDY-LES-EPIRY : LE BOIS DE TRONCAY, UN BOIS ORDINAIRE ?

 

 

L’affaire ERSCIA à Sardy-les-Epiry a commencé en 2011 et s’est terminée, pour les dernières décisions judiciaires en 2016.

Au centre de cette affaire, le Bois de Tronçay (116 hectares) voué à la disparition au nom d’un projet industriel plus que douteux consacré (sans rire !) … à l’industrie du bois. Chacun peut lire l’historique de cette aventure sur notre blog ou dans le livre qui la raconte : BATAILLE AU CŒUR DE L’EUROPE – LE VERITABLE ROMAN DE SARDY publié en 2018 et disponible auprès des associations LOIRE VIVANTE et DECAVIPEC.

 

PETIT HISTORIQUE

 

Ce bois a été acheté par la Communauté de Communes de Corbigny vers 2007, revendu (sans être payé) à la Société d’Economie Mixte Nièvre Aménagement en 2012, puis repris par la Communauté de Communes de Corbigny, vendu à la Caisse des Dépôts et Consignations (structure publique d’Etat) à une date que nous ne connaissons pas qui, finalement, l’a revendu à un groupe de propriétaires privés en juillet 2019 (Le Groupement des Bois Francs). Une des filiales de la Caisse des Dépôts et Consignations, la Société Forestière de la Caisse des Dépôts étant chargée de son exploitation.

 

ET MAINTENANT

 

Un Plan Simple de Gestion (PSG) a été agréé par le Centre Régional de la Propriété Forestière pour la période 2021 – 2036.

Dans un courrier adressé à l’association ADRET MORVAN en juin 2022, la Société Forestière des Bois Francs indique les grandes lignes de ce plan tout en estimant que «son contenu n’a pas vocation à être rendu public».

 

En résumé, ce plan prévoit :

 

-        Le maintien de la couverture forestière en excluant les coupes rases

-        Un aménagement de la forêt indispensable pour préserver les sols et la sécurité des personnes

-       La préservation de la zone humide située au cœur du massif forestier, comme mentionné dans le PSG.

 

Par ailleurs, des exigences de mise en sécurité des voiries et réseaux s’imposent au propriétaire :

 

-        Mise en sécurité de la RD 985 à la demande du Conseil Départemental (réalisé)

-        Elagage des arbres sur le linéaire de câble téléphonique (réalisé)

-        Mise en sécurité de la voie ferrée pour 2022 ou 2023.

 

Ces exigences ont conduit à des coupes de taillis en bordure de la RD 985 et d’autres à venir en bordure

de la voie ferrée.

 

8814-B.jpg

 

Enfin, le marquage (ou martelage) effectué dans différents endroits du bois correspond à un prélèvement de 6 chênes par hectare … Ces chênes seront commercialisés à des scieurs français, dans un souci de valorisation de la ressource locale. Espérons que cet engagement est valable pour l’ensemble de l’exploitation à venir …

 

    8783-B.jpg                   8784-B.jpg                      8789-B.jpg


 

VISITE DE JUIN 2023

 

Nous nous sommes rendus sur place : l’ancienne présidente (jusqu’en 2016) de LOIRE VIVANTE, le secrétaire de DECAVIPEC et des membres du Collectif de Marcilly, toujours vigilants.

 

8807-B.jpg

 

Antonio, Michel (du Collectif de Marcilly) - Jacqueline (ancienne présidente de LVNAC)

 

Tout d’abord, nous avons constaté les effets d’une sécheresse très importante affectant de nombreux arbres et rendant la ZONE HUMIDE beaucoup moins humide. C’est pourquoi nous publions le plan figurant dans le constat d’huissier établi en juillet 2012, SEUL document officiel (JAMAIS CONTESTÉ) délimitant cette zone humide d’environ 6 hectares.

 

CONSTAT-ILLUSTRÉ-DEFINITIF-BLOG.jpg

 

Carte établie sur la base du plan cadastral figurant dans le constat d'huissier de juillet 2012 avec la zone humide au centre 

 

Ensuite, nous avons relevé de nombreux signes de martelage de natures diverses, y compris dans la zone humide, ce qui nous a laissés perplexes. Nous souhaitons vivement que le périmètre de la zone humique soit préservé et nous allons y veiller.

 

Il n’est pas dans nos intentions de nous prononcer sur un mode d’exploitation «normal et raisonnable», tel qu’il semble découler de la lecture de la lettre de juin 2022 et des contacts plus récents avec des représentants de l’exploitant.

 

Si la vigilance reste de mise, nous voulons croire aux engagements des nouveaux propriétaires et de l’exploitant.

 

François LABALLERY

DECAVIPEC

 



16/06/2023
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres