Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

Pesticides: nuvel enfumage de la FNSEA

Pesticides : nouvel enfumage de la FNSEA ?

 

 

 

Est-il raisonnable d’espérer   que la prochaine révolution agricole soit une agriculture sans pesticides… ?

 

Christiane Lambert présidente de la FNSEA (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles)  a fait le point lors d’une conférence de presse  au salon de l’agriculture « les agriculteurs sont conscients des inquiétudes  existantes autour  de la chimie, mais ce ne sont pas des magiciens.. Zéro phyto pour l’agriculture n’est pas possible comme zéro médicament n’est pas possible non plus pour la population…. Les agriculteurs ont besoin de solutions disponibles efficaces et compatibles avec l’économie de leur exploitation..  et ils veulent en finir avec l’approche d’interdiction…. »

 

Et d’affirmer, dans le même temps  Nous voulons changer de parcours et répondre aux attentes de l'opinion publique " sur la question des pesticides. « La mise en place d’alternatives demandera du temps … ».

 

Et d’annoncer « qu’ un contrat de solutions » sera signé avant la fin du semestre qui engagera  tant la FNSEA que ses partenaires tant auprès des autorités qu’auprès de la société civile sur la  baisse de l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture française. Le but étant de « continuer à produire dans des conditions optimales » tout en «  économisant » les produits phytosanitaires…Terme qui n’apparaît pas dans le titre  de ce contrat qui porte en sous-titre « une trajectoire de progrès pour la protection des plantes »… c’est plus zen que d’annoncer une trajectoire de progrès pour sortir des pesticides ! Voir ce contrat sur le site   www.fnsea.fr D’ailleurs on cherche en vain dans ce contrat des objectifs chiffrés de  réduction de l’utilisation de ces produits.

 

 

« Un contrat de solutions »  signé par qui ?

 

Une trentaine de partenaires de la FNSEA : fabricants de  pesticides (IUPP-union des industries de la protection des plantes qui défend les intérêts de Bayer, Syngenta,  Dupont, Monsanto etc…), fabricants de produits de biocontrôle ( IBMA), organisations syndicales ( -jeunes agriculteurs-), union française des semenciers,  représentants des grandes cultures,  coopératives  vendant intrants et conseils, fournisseurs de formation, de solution de bio-contrôle , Axema ( union des industriels de l’agro-équipement), le réseau  FARRE (agriculture raisonnée), l'institut de recherche public Acta, chambres d’agriculture ( aux mains de la FNSEA), l’INRA….

Qui souhaitent  « être une force de proposition pour répondre de la meilleure façon possible aux attentes des citoyens et des consommateurs en pérennisant et en amplifiant les solutions vertueuses de protection des cultures qui garantissent tant la productivité, la compétitivité et la rentabilité pour les exploitations agricoles que le respect de l’environnement et  la réponse aux attentes sociétales ».

Et qui voient dans ce contrat de solutions « une stratégie gagnant-gagnant , qui permettra demain aux agriculteurs de continuer à s’inscrire dans une démarche de progrès en matière de durabilité de la production, tout en préservant un haut niveau de compétitivité de la –ferme- France ».

 

Quelles solutions ?

 

L’ensemble de ces acteurs auraient identifié  pas moins de 250 pistes de solutions d’avenir….dont on aura compris qu’elles ne sont pas nouvelles…. : amélioration des pratiques agronomiques, amélioration des plantes et innovations variétales, recherche de nouvelles molécules, biocontrôle (lutte biologique),  conseil formation et diffusion sur les pratiques agricoles, robotique, agroéquipement, développement de nouvelles filières….

 

Du déjà vu ….

 

Ceux qui s’intéressent à l’agriculture se souviennent de l’apparition en 1993 du Réseau FARRE (Forum de l’Agriculture Raisonnée et Respectueuse de l’Environnement ) et de son concept de l‘agriculture raisonnée.  Elle était présentée comme « une approche globale de l’entreprise agricole qui prend en compte de manière équilibrée les objectifs économiques des producteurs, les attentes des consommateurs et le respect de l’environnement ». Elle était présentée comme un compromis entre l’agriculture intensive et le bio…et devait permettre une maîtrise  maximum des doses d’engrais et de pesticides…

 

Les pratiques de l’agriculture raisonnée sont alors définies dans un référentiel  d’une centaine de mesures, comme  portant sur le respect de l’environnement, la maîtrise des risques sanitaires, la santé, la sécurité au travail, le bien être animal. En fait ce référentiel reprenait pour l’essentiel la réglementation générale pour la protection de l’environnement complété par des règles de bon sens (type entretenir son pulvérisateur ou ne pas le nettoyer dans une rivière !!!). Il n’était pas question de fixer des objectifs de réduction des fertilisants et des pesticides puisque ce concept émanait des  firmes qui vendent ces produits et qui financent en partie le Réseau FARRE… créé en fait par l’UIPP (Union des Industries de Protection des Plantes). Et on retrouve dans ce réseau  tous les représentants les plus importants de l’agriculture intensive : grande distribution, filières phytosanitaires, agro-industrielles, banques, Cies d’assurances, et la FNSEA. Sa présidente C. Lambert est vice-présidente de FARRE…

 

Le but du réseau FARRE et de son agriculture raisonnée était déjà d’améliorer l’image de l’agriculture accusée de pollution et de sensibiliser progressivement les agriculteurs à des pratiques plus respectueuses de l’environnement. La démarche agriculture raisonnée  a été officialisée par une loi de 2002 qui prévoit une certification pour 5 ans..

L’objectif de l’Etat était 50% des exploitations certifiées en 2008. En 2007 on en comptait 2622 . Impossible de savoir où l’on en est aujourd’hui.

 

 L’échec de l’agriculture raisonnée a conduit en 2012  les pouvoirs publics à valider une nouvelle certification en matière d’approche environnementale en agriculture plus ambitieuse dite HVE (haute  valeur environnementale). Elle englobe la biodiversité ( présence sur l’exploitation de haies, arbres, fleurs, insectes), la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et  celle de la ressource en eau (la pression des pratiques agricoles sur l’environnement –air, eau, sol, paysage, biodiversité- doit être minimum.

 

L’une des mesures des Etats généraux de l’alimentation vise à atteindre un tiers des exploitations en HVE en 2030.  Elles sont aujourd'hui au nombre de   841…. (3 dans la Nièvre). L’objectif va          être difficile à atteindre….

 

Il semble bien que la FNSEA avec la sortie de son « contrat d’actions » ait voulu reprendre la main sur la problématique « pesticides ».  Syndicat agricole majoritaire réfractaire à toute interdiction, contrainte , objectifs chiffrés, la FNSEA préfère  manifestement s’organiser seule et monter son propre plan de diminution des pesticides….concurrent des dispositifs  déjà créés par l’Etat ou à venir.  Quitte à passer ensuite un contrat avec lui….Et comme E. Macron a annoncé une enveloppe de 5 milliards d’investissement agricole pour permettre aux agriculteurs de produire mieux et de se moderniser le lancement de ce plan d’actions par la FNSEA semble tomber fort à propos pour demander à l’Etat de  le financer !

 

 

Car  conformément à l’engagement pris  lors des Etats généraux de l’alimentation, l’Etat a annoncé le 19 janvier  dans un communiqué interministériel (écologie, agriculture, recherche) « un plan d’action sur les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendantes aux pesticides » qui doit être finalisé avant la fin du premier trimestre (on y est…) après consultations des parties prenantes agricoles. Ce plan s’appuie sur les recommandations des ateliers des Etats généraux de l’alimentation, le rapport de l’INRA sur le glyphosate (alternatives), du rapport d’une mission (Conseil général de l’environnement et du développement durable ,Inspection générale des affaires sociales, Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) sur l’utilisation des produits pharmaceutiques en France. http://www.igas.gouv.fr/spip.php?ar...

La mission recommande de prendre rapidement des mesures, tant au niveau européen que national, permettant de réduire à la fois l’utilisation de ces produits et leur impact sur la population et l’environnement. Ses conclusions sont sans appel : « Le degré de certitude d’ores et déjà acquis sur les effets des produits phytopharmaceutiques commande de prendre des mesures fortes et rapides sauf à engager la responsabilité des pouvoirs publics .

 

 

Nous reviendrons sur ce plan lorsqu’il sera finalisé.

 

Un des volets de ce plan  doit porter sur le renforcement du plan Ecophyto II. ». L’Etat se débat depuis 2008 avec le plan national Ecophyto.  Le premier plan visait une réduction de 50% de l’usage des pesticides d’ici à 10 ans (2018) « si possible » et ça n’a pas été possible.. mieux  la consommation de ces produits a augmenté de 5% entre 2009 et 2014 ! D’où le lancement (2015) du plan Ecophyto ll  qui prévoit le même objectif de réduction 50% mais  pour 2025 avec une étape intermédiaire de 25% en 2020. Le nouveau plan d’action doit mettre en place le plan Ecophyto III plus performant sur le plan du fonctionnement et de la gouvernance…La réduction de moitié de l’usage des pesticides en 2025  suppose une détermination sans faille du gouvernement de le mener enfin à son terme…

l’IGAS, le CGAAER et le CGEDD l’affirment dans leur rapport: tout est déjà sur la table en matière d’alternatives et la démonstration de la soutenabilité économique de la baisse des pesticides a été faite. Il n’y aurait  donc pas d’obstacles d’ordre technique à la réalisation de cet objectif. Sauf qu’atteindre celui de 2025  implique un changement de système de production.  Et en dépit des récents discours de la FNSEA la profession agricole n’apparaît pas prête à passer à des systèmes de production moins dépendants des pesticides.  Toute règlementation est systématiquement déclarée trop contraignante et nuisible pour la « compétitivité de l’agriculture française ».

 

De son côté, l’Etat est très soucieux de ne pas crisper la profession *…d’où cette politique agricole française  cogérée avec les acteurs agricoles qui ne peut qu’aboutir  à des blocages en matière de fiscalité et de réglementation environnementales. Et à une politique de petit pas de meilleure maîtrise dans l’utilisation des produits à travers l’amélioration des techniques, le conseil, la formation, un réseau de fermes de démonstration (fermes Dephy) utiles bien sûr mais insuffisants  en l’absence d’obligation de résultats. L’état de la ressource aquatique, rivières et nappes phréatiques en est hélas une preuve  éclatante!

La FNSEA face à une opinion publique qui tolère de moins en moins ces pesticides omniprésents (air, sol,  eau, alimentation…) nous refait le coup de la  « prise de conscience du problème » et de la « bonne volonté » de ceux qui nous polluent. Il reste à espérer que l’Etat  ne se laisse pas une fois de plus endormir….il devrait déjà rappeler qu’à terme contrairement aux propos de la FNSEA l’objectif doit être l’abandon total de l’utilisation des pesticides par les professionnels . Cela implique que le nouveau plan Ecophyto qui se met en place fasse mieux que le précédent !.

Pour mémoire depuis le ler janvier 2017 interdiction des pesticides dans les espaces publics, mesure qui sera étendue aux particuliers dès 2019

 

 

* dernier exemple en date la sortie du glyphosate  sous 3 ans. N. Hulot dans les pas d’E. Macron a annoncé des exceptions…Ouf la FNSEA ne peut être que satisfaite !!!

 

 

                                                                         J. Thévenot

                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 l                                                                   

                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                                                                                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     

                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                     

                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres