Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

Oeufs contaminés au Fipronil

Œufs contaminés au Fipronil

 

Le Fipronil est un antiparasitaire interdit dans l’Union européenne sur les animaux destinés à la consommation  mais non sur nos amis de compagnie chiens, chats…..le Fipronil est utilisé dans les produits vétérinaires contre les puces, les tiques… et en tant qu’insecticide contre les ravageurs des cultures, les termites, les fourmis…

 

Depuis des années les apiculteurs l’accusent de décimer les abeilles. L’insecticide qui enrobe les graines de maïs et tournesol à base de Fipronil (le régent) a fini par être interdit en 2013 dans l’Union européenne. C’est un neuro-toxique soupçonné d’être un perturbateur endocrinien.

 

Il est classé comme modérément toxique pour l’homme par l’OMS et présentant un danger pour les reins, le foie et la tyroïde.

L’ANSES (agence de sécurité de l’alimentation), en partant des concentrations observées dans les produits contaminés (1,2mg/kg d’œuf) a qualifié de « très faible » le risque pour la santé…à condition de ne pas dépasser 10 œufs contaminés par jour pour un adulte et un pour un enfant de 1 à 3 ans.

Nous voilà rassurés l’homme est plus résistant qu’une puce ou qu’un poux, il lui faudrait une grosse quantité de Fipronil pour l’abattre…Pas de panique donc !

On fera quand même remarquer que si ce produit est interdit chez les animaux destinés à la chaîne alimentaire c’est que l’on connaît mal ses effets sur la santé humaine…et cette substance étant interdite elle n’est pas systématiquement recherchée … lors des analyses aléatoires pratiquées sur les œufs.

 

C’est la DGAL (D° générale de l’alimentation)  qui a en charge de veiller à la qualité et à la sécurité des aliments à chacun des maillons de la chaîne alimentaire.  S’agissant des œufs, en 2016 la DGAL en a contrôlé 677 … alors que  les français  en ont consommé 15 milliards …. http://agriculture.gouv.fr/savez-vous-ce-que-fait-la-direction-generale-de-lalimentation.

Rappelons que  le scandale a été déclenché  par hasard.  C’est un labo allemand employé par une entreprise de transformation d’œufs belge qui a eu l’idée de contrôler la présence du Fipronil  et détecté des taux allant de 0,0031mg/kg à 1,2mg alors que la norme européenne est fixée à 0,72mg/kg.

 

Par ailleurs comment évaluer les doses reçues  via l’alimentation contaminée  (œufs, ovoproduits,  chair des poules infectées), et l’environnement  (via nos animaux de compagnie traités…et les préparations utilisées par les agriculteurs et les jardiniers) et le phénomène de bio-accumulation. Soupçonnée d’être un perturbateur endocrinien la concentration de cette substance dépend  de la fréquence , du degré et de la durée de l’exposition (voir notre article sur les perturbateurs endocriniens). C’est une question qui actuellement n’est pas tranchée : depuis combien de temps y a-t-il du Fipronil dans les œufs ? Déjà apprend-t-on les Pays-Bas étaient au courant  de la contamination  possible  au Fipronil depuis novembre 2016 .

 

C’est le 20 juillet 2017 que la Belgique et les Pays Bas tiraient la sonnette d’alarme : une partie de leur production d’œufs avait été contaminée par le Friponil.

Le responsable le poux rouge…. (dermanyssus gallinae), de la classe des arachnides), un vampire qui se nourrit de sang et a fini par être résistant aux acaricides . une PME néerlandaise spécialiste de la désinfection des poulaillers (Chickfriend) propose aux éleveurs allemands, belges et néerlandais  un produit miracle qui débarrasse pour huit mois ( contre trois pour les produits concurrents) les élevages  de tout souci des poux rouges. Cette boîte se fournit chez un grossiste belge Poultry-Vision qui a eu la bonne idée de doper au Friponil un antiparasitaire le DEGA16 destinés aux poux rouges des poulaillers, histoire de le rendre plus efficace. Le DEGA16 était censé  ne contenir que de l'eucalyptus et du menthol, ce qui explique qu’il ait été utilisé par des producteurs bio !

 

Cette crise sanitaire a tout de suite pris une dimension européenne : la Hollande est grande exportatrice d’oeufs (50 millions de poules pondeuses), l’Allemagne importe 40% de sa production ; La France est à peu près auto-suffisantes avec 15 milliards d’œufs,  c’est une exportation de  8% qui la conduit à une importation équivalente. Dix sept pays européens ont été concernés, des œufs contaminés se sont même retrouvés à Hongkong. La contamination évidemment  concerne non seulement les œufs mais également  les produits à base d'œufs susceptibles de contenir du Fipronil. Depuis combien de temps y a-t-il du Fipronil dans les œufs ? Au moins trois ans sitôt la création de ChickFriend sans préjuger de l’attitude de l'entreprise belge, Poultry-Vision. Il faudra vraisemblablement des mois avant d’y voir clair… à supposer que ce soit possible.

 Le ministre français de l’agriculture a annoncé  la publication sur le site du ministère   du nom de ces produits contaminés (marque , n° de lot, date de mise sur le marché) au fur et à mesure que des résultats d'analyse seront connus http://agriculture.gouv.fr/fipronil-liste-des-produits-retires-de-la-vente-en-france.

Mais ne sont retirés du marché que les produits qui contiennent une concentration de Fipronil supérieure à 0,005mg/kg de produit ( la limite réglementaire des résidus). C’est se moquer car des œufs contaminés qui ont été mélangés avec des œufs sains passent en dessous de cette limite. Par ailleurs  la limite des ces 0,005mg/kg ne concerne que  les œufs entiers.  Elle est trois fois supérieure pour les jaunes  liquides et 10 fois supérieure dans la poudre d’œuf…. Autant dire qu’on ne sait pas où sont passés les 200 tonnes d’œuf liquides ou déshydratés ( soit 2 millions d’œufs) déclarés contaminés au Fipronil par la DGAL !

 

Cette crise sanitaire  a révélé  le défaut d’alerte en Europe

    La France n’a été informée que le 5 août.  Les  Pays Bas étaient au courant d’une possible utilisation frauduleuse du Fipronil dans la désinfection des poulaillers depuis novembre 2016.  L’Agence fédérale belge de sécurité alimentaire (AFSCA) avait connaissance d’oeufs contaminés depuis le mois de mai. Elle n’a lancé l’alerte que le 20 juillet sous prétexte d’une instruction en cours et de la nécessité de respecter le secret de l’instruction. Une crise sanitaire impose évidemment l’application immédiate du principe de précaution et de la transparence.

La Commission entend réunir les ministres et les agences de sécurité des pays concernés pour tirer les leçons de ce qui s’est passé. Comment une PME peut-elle se créer et mettre sur le marché un nouveau produit sans qu’il soit  analysé et autorisé ? Et quand cette procédure est appliquée  on sait que l’évaluation des substances actives reste basée sur les informations données par le fabricant lui-même.    Les études scientifiques produites par les industriels ne sont pas publiées donc aucun scientifique indépendant ne peut  évaluer les données à parti desquelles les produits sont homologués.  Autre problème 46% des experts au sein de l’agence européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) ont des intérêts financiers directs ou indirects avec des producteurs. Ces experts ne sont pas payés … donc pas de moyens ils se paient en travaillant pour l’industrie, c’est là qu’il y a le plus d’argent ; seules les  grosses industries de l’agro-alimentaire peuvent se payer des tests dont le  coût est très élevé. Si des progrès considérables ont été fait en matière de sécurité sanitaire à court terme il reste beaucoup à faire pour que l’Europe se dote d’une police de l’alimentation indépendante, beaucoup plus sûre ce qui implique des moyens financiers à la hauteur, car les lobbys eux, sont toujours aussi  riches et puissants !. Faut-il rappeler les problèmes majeurs de santé publique d’aujourd’hui : l’obésité, les perturbateurs endocriniens , les pesticides ….et le manque de confiance des européens dans les institutions européennes, que le scandale des œufs contaminés ne peut qu’aggraver.

 

 

 

Ce scandale a éclaté  alors que se sont ouverts  en France les Etats généraux de l‘alimentation (cf notre article).  Au-delà de la filière œuf c’est bien  le système de l’agro-industrie et du libre marché qui doit être à cette occasion,  une fois de plus interrogé qu’il s’agisse de la recherche du profit maximum au détriment du respect des règles sanitaires, de la concurrence déloyale, du laxisme des Etats sous couvert de compétitivité et performance économique, de la recherche de prix de plus en plus bas qui conduit à l’importation  de produits médiocres au détriment des productions nationales de qualité et de la façon scandaleuse dont sont traités  ces animaux d’élevage.

 

 

 

On vient d’apprendre qu’après le Fipronil le ministre de l’agriculture cherche des résidus d’amitraze, un autre pesticide également interdit dans les élevages de volailles  (mais autorisé pour les ruminants , les porcs et les abeilles…) et utilisé également par l’entreprise Chickfriend !.

 

 

 

 

 

                                                                 J. Thévenot

 oeufs-contamines photos.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   

 

 

 

 

 



28/08/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres