Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

LVNAC- A vos jardins...biologiques

A vos jardins.... biologiques



A voir l'affluence du public, ces jours-ci dans les jardineries, pas de doute, tous ceux qui ont cette chance de posséder un jardin, le bichonnent ardemment.

Encore faut-il sur ce petit domaine, ne pas bêtement polluer le sol, l'eau, tuer tout le petit peuple qui l'habite et en plus mettre en danger sa santé. Une solution : jardiner bio. Utiliser des engrais naturels et bannir tous les produits à la terminaison en « icide » qui s'étalent sur les rayons des magasins destinés à tuer du vivant: herbicides, bactéricides, fongicides (champignons) raticides, souricides, acaricides .; sans parler des « anti » : anti-limaces, anti-taupes, anti-liseron.....

Un pesticide est composé de 2 types de substance:

  • une ou plusieurs matières actives qui confère au produit l'effet poison. Exemple le glyphosate que l'on trouve dans les désherbants totaux type « roundup », le métaLdéhyde dans la plupart des antilimaces..

  • un ou plusieurs additifs qui renforce l'efficacité et la sûreté du produit (répulsif, vomitif, anti-moussant..)

En France on compte 520 matières actives homologuées entrant dans la fabrication d'environ 3000 spécialités commerciales utilisées en agriculture.

Pour les jardiniers amateurs 115 matières actives sont fréquemment utilisées pour la composition de 500 produits. Sur les étiquettes seules les matières actives sont mentionnées.

La France est le premier consommateur européen de ces poisons et le 3ème consommateur mondial après les USA et le Japon. Sur environ 76000 tonnes de pesticides par an 94% sont destinés à l'agriculture , 3% aux jardins amateurs et 3% aux collectivités et administrations - SNCF et DDE (nos bords de route-dominant souvent un fossé- arrosés régulièrement de round-up...)-

On peut cultiver et jardiner sans tous ces produits, le meilleur exemple en est l'agriculture biologique.

Le jardinier amateur doit quand même se demander quel est l'intérêt de cultiver ses fruits et légumes si ce n'est justement d'être assuré de manger sainement avec la satisfaction en plus de respecter le monde vivant qui nous entoure et dont nous dépendons et de ne plus enrichir le lobby agrochimiste type Monsanto, Bayer et Cie!!!.



Jardin biologique à Béard

Travailler avec la nature non contre elle: pas d'herbicide dans mon jardin «  bio »


Arrêter de parler de « mauvaise herbe »: il n'y a que des herbes « indésirables » dès lors qu'on ne veut pas les voir dans son pré carré!


Les herbicides sont les pesticides les plus employés, ce sont eux que l'on retrouve dans les eaux et parmi eux le glyphosate du fameux Round-up le plus vendu dans le monde et qui selon son fabriquant Monsanto, laisse le sol propre et respecte l'environnement...Cette publicité a favorisé la banalisation de l'usage d'un produit dont la toxicité a été confirmée par de nouvelles études (produit cancérigène et perturbateur endocrinien). Le tribunal de Lyon a condamné Monsanto pour publicité mensongère sur plainte de l'association « eaux et rivières de Bretagne ». La loi eau de 2006 prohibe « les publicités pouvant donner une image exagérément sécurisante ou de nature à banaliser l'utilisation des pesticides ».


Les alternatives à l'utilisation de désherbants


- d'abord se demander si la présence de l'herbe ou de certaines plantes sauvages est gênante au point de prendre le risque de contaminer son jardin et les espèces qu'il abrite

- faut-il vraiment désherber une pelouse pour en virer les fleurs sauvages qui s'y sont installées???une prairie fleurie c'est plus jolie qu'une pelouse genre gazon anglais(la corvée de la tonte) et c'est bon pour les insectes pollinisateurs.

Pour les plantes colonisatrices type chardons, rumex, seneçon en revanche éviter de les laisser monter en graines

- la mousse : le traitement au sulfate de fer ne sert à rien il ne supprime pas la cause qui est l'humidité stagnante: le sol doit être aéré, riche en humus, éviter la aussi les tontes ras du sol

- Est-il gênant qu'il y ait de l'herbe dans les joints des pavés surtout qu'elle va être détruite par les passages réguliers!

En prévention : la mise en place d'un géotextile sous les gravillons empêchera l'enracinement des plantes

 le traitement à l'eau bouillante est efficace: au lieu de jeter dans  l'évier nos eaux de cuisson


Les herbes indésirables s'installent facilement sur la terre nue (heureusement car sinon ce serait le désert...), donc la solution de bon sens c'est de couvrir la terre au maximum; les solutions sont multiples selon le type de jardin: paillis de feuilles, coques de cacao (pour les petits jardins), feuilles mortes pour les haies et les arbres (durée un an),; tonte de pelouse (les faire sécher avant un jour ou deux pour éviter le colmatage , sur 10 cm (5 si non séchées).Les tontes de pelouse soit riches en azote, elles se décomposent assez vite donc les prévoir pour des paillis saisonniers de courtes durée, autour des plantes annuelles, des rosiers, des légumes de culture courte, broyat de branches, feutres végétaux ( avant la plantation!): éviter les paillages plastiques ils durent longtemps mais problème de desséchage du sol, l'écorce de pin (attention du fait de la résine et des essences aromatiques elles ont parfois un effet dépressif, ne pas placer sous les arbustes chétifs).

Imbriquer au maximum les plantations florales pour laisser peu de place aux indésirables en plus c'est très joli, semer les légumes en rangs étroits.

J. Thévenot



16/05/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres