Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

DECAVIPEC- La marée noire du golf du mexique

La marée noire du Golfe du Mexique :

 

- Catastrophe historique due à l’économie des conditions de sécurité

 

- Le projet de loi américain propose d’étendre le forage en mer

 

 

Trois cadres dirigeants des compagnies impliquées dans l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, le 20 avril dernier ont été entendus le 11 mai par deux commissions du Sénat américain.

La vérité sur les causes de cette explosion démontre que par économie, BP aurait privilégié l’insuffisance de certaines conditions de sécurité : absence de détecteur de gaz et de valve de secours anti-explosion notamment.

 

Selon   les informations de Wall Street Journal, deux entrepreneurs rapportent que 2 jours avant l’explosion, des tests de sécurité ont été réalisés et suggéraient              une fuite de gaz à l’intérieur du puits, mais BP aurait continué ses travaux de forage, passant outre cette alerte. De la boue empêchait le gaz de s’échapper  du puits, cette boue une fois nettoyée, personne n’a rebouché le trou. Les valves de sécurité auraient été bloquées par des débris. L’explosion a causé la mort de onze personnes.

 

Le gouvernement fédéral avait envisagé des règles environnementales plus strictes à l’automne dernier, mais la compagnie BP s’y était opposée, jugeant son système au point, en fait par économie.

 

L’or noir s’approche de La Louisiane

800 000 litres de pétrole se déversent quotidiennement dans le Golfe du Mexique, cette catastrophe écologique n’a jamais eu d’équivalent. La nappe dépasse les 1000 kilomètres  de diamètre et recouvre plus de 75 000 kilomètres carrés. La marée noire atteindra les marais de La Louisiane haut lieu de la biodiversité.

La côte de La Louisiane s’ouvre sur un système deltaïque, formé par un manteau de sédiments drainés par le Mississipi et les fleuves associés, le Missouri, l’Arkansas, l’Ohio. Ce delta est la plus vaste zone humide des Etats-Unis, 10 000 kilomètres carrés d’eaux douces et salées. Ces paysages marécageux forment les bayous, cet écosystème abrite les lieux de reproduction de poissons, oiseaux et crustacés.

L’extraction pétrolière (180 000 forages en terre et mer en 2006) contribue notamment à l’affaissement des sols meubles de la zone deltaïque, les marais s’assèchent, la faune et la flore déclinent. Depuis 1930 La Louisiane a perdu 5000 kilomètres carrés de zone humide, l’eau salée envahit la zone d’eau douce, la nappe de pétrole risque de détruire à jamais cet écosystème malmené depuis un siècle d’exploitation pétrolière.

 

Parce qu’elle met en évidence les dangers du forage en mer, on pouvait concevoir que cette catastrophe serait un coup dur pour le projet de loi énergie-climat en négociation au Congrès américain. Alors que depuis presqu’un mois aucun moyen n’a été trouvé pour enrayer la fuite quotidienne alimentant la marée noire, le projet de cette loi propose d’étendre le forage en mer. Les Etats-Unis peuvent –ils jouer sur les 2 tableaux ? A ce jour la réponse est oui, Monsieur Obama se présente comme le champion de l’énergie verte mais accepte le principe de l’expansion.

 

Certes le plan des forages offshore, contiendra quelques mesures prises en urgence concernant la protection et le contrôle en matière d’exploitation en mer, les Etats américains pourront activer un dispositif de véto lorsqu’ils souhaiteront refuser les forages  au large de leurs côtes, mais n’ayons aucune illusion : le renforcement de l’éthique de l’organisation de l’industrie pétrolière n’est pas pour demain, les décideurs n’ont pas commencé à s’interroger sur les risques malgré cette catastrophe sans précédent.

 

 

Danièle Auclin



17/05/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres