Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

DECAVIPEC- exposition aux pesticides et cancers ...

Exposition aux pesticides et cancers chez les agriculteurs*

 

 

 

Dans un article du 23 mai 2009, je présentais la nouvelle législation européenne concernant  l'utilisation des pesticides par les agriculteurs.

 

A ce sujet la Confédération Paysanne déclarait : « Une molécule, si elle est dangereuse, doit être interdite sans délai ».

 

Alors pourquoi en effet étaler sur 10 ans des retraits éventuels pour les plus toxiques de ces produits ? Comme me le rappelait tout récemment un agriculteur raisonnable : « Nous polluons avec des produits mis sur marché en toute légalité et même en baissant les doses, pourquoi pouvons-nous les acheter et les utiliser? » Les agriculteurs sont inquiets par l'augmentation chez leurs collègues des cancers et de maladies « bizarres », atteintes nerveuses sans diagnostics précis.

 

Comme je l'expliquais dans cet article, les délais de retrait sont trop longs car malgré sa toxicité reconnue, l'interdiction d'un produit, n'interviendra qu'à échéance  de son autorisation actuelle.

 

Et le principe de précaution ? Dans ce cas-là il n'est pas appliqué !

 

Les agriculteurs sont à la fois des pollueurs et des victimes.

 

Etude lancée par AGRICAN depuis 2005

 

Les résultats de cette étude ont été publiés en juin 2009. Agrican a   effectué auprès des affiliés de la Mutuelle Sociale Agricole, Sécurité Sociale des agriculteurs, des recherches sur le lien éventuel entre l'exposition des agriculteurs aux pesticides et le nombre de cancers lymphatiques.

 

Des analyses sanguines ont bien révélé des anomalies sur le génome pouvant faire se développer un lymphome malin folliculaire**.

Tous les individus exposés aux pesticides ne développent pas un lymphome malin, mais les chercheurs ont détecté dans les prélèvements sanguins de plusieurs dizaines de participants à l'étude Agripan, des cellules qui en sont normalement absentes et qui représentent les précurseurs des cellules tumorales constituant un lymphome            malin de type folliculaire.

 

Bertrand Nadel chercheur conclut : « Nous avons mis en évidence des biomarqueurs qui témoignent d'un lien moléculaire entre l'exposition des agriculteurs aux pesticides, l'anomalie génétique et la prolifération de ces cellules, qui sont précurseurs de cancer. Cet effet est fonction de la dose et du temps d'exposition ».

 

Ce n'est certes pas la seule condition au développement de ce cancer, mais les personnes exposées aux pesticides présentent beaucoup plus souvent cette anomalie que les personnes non exposées.

 

La France est le premier consommateur européen de pesticides (augmentation des concentrations). Sur la courbe du nombre de lymphomes malins, en 2006, le constat est clair : il y a eu plus de 7000 cas chez les hommes français, ainsi la France a le nombre le plus élevé de lymphomes malins par rapport aux autres pays européens, le nombre total de cette pathologie pour toute l'Europe étant de 40 000 cas.

 

Des voiles se lèvent, le lobby des  puissants  industriels agroalimentaires est ébranlé, de plus en plus d'études sérieuses effectuées par des chercheurs indépendants de cette industrie démontrent les liens entre les maladies et les aliments.

 

                                                           

 

                                                                                    Danièle Auclin

 

 

 

*Voir article de DECAVIPEC : « Les produits « bio » ne seraient pas plus sains » du 9 août 2009.

**Il existe une vingtaine de sortes de lymphomes non Hodgkiniens cancer des ganglions lymphatiques



15/02/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres