Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

DECAVIPEC - ELIMINATION DES DECHETS

ÉLIMINATION DES DÉCHETS

 

Les territoires peuvent-ils choisir

une gestion moins polluante ?

 

 

Plusieurs solutions nous sont aujourd’hui offertes pour traiter nos déchets.

 

L’incinération la panacée du XXème siècle est une technologie vieillissante: c’était la solution miracle, «le feu détruisait et purifiait». Maintenant nous savons qu’un incinérateur transforme nos déchets en d’autres substances, certes très discrètes, mais hautement toxiques et, cela, d’autant plus que ces déchets sont de nature complexe (plastiques, PVC, PE, métaux, etc … le tout soigneusement imbriqué dans des emballages sophistiqués) : fumées, poussières, et résidus sont rejetés dans l’air mais aussi stockés sur nos routes, donc dans l’environnement et dans des décharges de première classe (pour les REFIOM), c’est-à-dire à coût très élevé.

 

Les fumées sont chargées en CO2, CO, oxydes de soufre et d’azote, métaux lourds, dioxines….

Les résidus solides sont formés de déchets dangereux et de mâchefers.

 

Certes ces rejets sont surveillés mais les dépassements sont reconnus et certains polluants ne sont pas contrôlés. De plus, on ne prend jamais en compte l’impact du mélange des molécules, l’étude se fait substance par substance. Personne n’a cherché à évaluer l’effet de plusieurs polluants (même si, pour chacun, son rejet est «aux normes») sur la santé des riverains et l’environnement. Aucune étude n’existe sur les effets  de ces cocktails mortifères.

 

Le stockage, solution de remplacement, qui semble moins polluante est aussi une source d’émissions importante de gaz à effet de serre sous forme de méthane (que l’on peut toutefois récupérer dans certaines conditions) et de lixiviats.

 

L’incinération et le stockage, même s’ils sont associés à une utilisation de l’énergie produite, sont une incitation à la consommation, à la surproduction des déchets ultimes. Ces solutions freinent le développement  d’une gestion alternative des déchets.

 

Quelques chiffres de la situation française par rapport à l’Europe

 

Traitement   en %         Moyenne européenne                   Moyenne française

 

Recyclage                                  22                                                        16

Compostage                              17                                                        14

Incinération                               20                                                        36

Stockage                                   42                                                        34

 

Les 130 incinérateurs français, le plus grand parc européen, rejettent annuellement (entre autres) environ 5 millions de tonnes de CO2 avec en plus des rejets chimiques toxiques.

 

Efficacité énergétique des incinérateurs français en % : faiblesse reconnue

 

Production et export d’énergie    Moyenne européenne      Moyenne française

 

Production de chaleur                        65,8                                   30,4

Exportation de chaleur                        58,8                                    28

Production d’électricité                       18                                      11,4

Exportation d’électricité                       13                                       8,8

 

 

Nous sommes pourtant capables de penser plus intelligemment la gestion des déchets sur notre territoire :

 

-          prévention à la source par la diminution de la production

-          recyclage

-          méthanisation

-          compostage

 

Les territoires doivent pour leur avenir choisir les technologies innovantes du recyclage et une nature saine pour leurs habitants.

 

Dans le cadre du projet de loi de finances 2010, des associations ont demandé aux parlementaires :

 

-          Supprimer les aides financières actuelles allouées à l’incinération

-          Soutenir une Contribution Climat Energie, taxe carbone, imposée aux usines d’incinération de déchets. La TGAP (taxe générale sur les activités polluantes) introduite en 2009 sur les déchets entrant en incinérateur ne prend pas en compte les émissions de GES.

 

Parce que les déchets brûlés sont des émetteurs directs de gaz à effet de serre comme les énergies fossiles, loin d’être une «énergie verte», cette activité polluante est responsable d’impact sur le changement climatique et de la santé humaine.

Les décideurs, acteurs et citoyens doivent concevoir des solutions de remplacement en choisissant à fond  le recyclage comme logique écologique et économique.

 

Plan santé environnement

 

La loi de santé publique – Grenelle de l’Environnement conduit à définir des engagements pour améliorer la qualité de l‘environnement, parmi ces engagements figure un nouveau plan national «Santé-Environnement» devant être décliné dans chaque région. Les acteurs de la santé et de l’environnement de Bourgogne ont organisé un séminaire de travail régional, plusieurs associations nivernaises ont répondu favorablement à Monsieur le Préfet de la Nièvre afin de participer au projet de plan PNSE II (Plan National Santé Environnement) lors de la réunion du 23 septembre dernier à la Préfecture.

 

Les problèmes du traitement des déchets dans la Nièvre seront largement présentés dans le groupe de travail «air extérieur climat santé» auquel je collaborerai.

 

 

Danièle Auclin



20/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres