Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

ADEAN - 35 ANS SOUS UN INCINÉRATEUR

FOURCHAMBAULT – 8 NOVEMBRE 2011

 

Réception de la caravanne contre l’incinération

 

 

Depuis bientôt 35 ans les habitants de Fourchambault et de Garchizy vivent avec un incinérateur qui est venu s’installer sous leurs fenêtres.

 

Le premier, en place en 1977 et qui a fermé en 2000 a craché tout ce qu’il a pu. Comme à Gilly-sur-Isère, comme à Cluny, comme dans des dizaines d’autres endroits en France, les habitants en ont pris pleins les bronches, plein les corps. Pas de filtre, pas de barrière, pas de surveillance, aucun respect des règles pourtant émises par l’administration publique. Vous, les habitants, vous avez été méprisés et rejetés par les élus responsables et les fonctionnaires d’Etat indifférents.

 

Dans toutes les maisons alentours, il n’y en a pas une qui n’ait été touchée par la maladie et, souvent, par la mort prématurée de l’un des vôtres.

 

Aujourd’hui, les mêmes, je dis bien les mêmes, nous disent : D’accord, l’incinérateur d’avant, c’était une catastrophe, mais avec celui d’aujourd’hui, cela n’a rien à voir !

 

D’abord, admirez ce tour de passe-passe qui oublie allégrement 25 années de souffrances dont les conséquences se font encore sentir maintenant. Jamais un mot de compassion, jamais un regret, jamais une excuse. On passe tout en pertes et profits. Les profits, nous allons y revenir.

 

Donc, aujourd’hui, nous avons, paraît-il, un incinérateur propre. Tellement propre que vous ne pouvez pas laisser votre linge à sécher dehors trop longtemps. Tellement propre qu’il faut nettoyer les dépôts de poussières sur les voitures ou les auvents presque tous les jours. Tellement propre que la végétation crève à petit feu et grande vitesse. Tellement propre que de temps en temps, comme en janvier 2004, une sécurité (bel euphémisme !), une sécurité lâche et des kilos de REFIOM, la pire des saloperies, se sont retrouvés sur des centaines de mètres à la ronde comme une chute de neige mortelle. Tellement propre que des dizaines de tonnes de poussières, de COV, de CO, de métaux, d’acide, de dioxines et autres furanes sont déversées sur la tête des riverains tous les jours.

 

Que disent nos soit-disant spécialistes ? Tout est aux normes ! Mais, ces spécialistes, ils ne savent même pas vous dire quelle est la conséquence de ces rejets mélangés sur votre tête ! Pas un d’entre eux ne vous dira ce que provoquent quelques kilos d’acide chlorhydrique mélangés à quelques grammes de mercure et une tonne de composés organique volatiles !

Alors, nous avons décidé de ne plus faire confiance.

 

Je parlais de profits tout à l’heure. La Chambre Régionale des Comptes de Bourgogne a découvert il y a moins d’un an que les contribuables et usagers de cet incinérateur allaient payer 8 millions € de trop en 20 ans pour cet incinérateur. Depuis le début de l’année 2011, nous attendons une explication sur cette révélation. Aucune réponse. Les élus nous fuient quand ils nous voient, ils désertent les réunions officielles ! Personne ne dit rien. Ni les élus donc, ni l’administration, ni la justice, ni la presse … Car, en plus de notre santé, ils nous volent notre argent, ce qui est un comble !

 

Alors oui, il faut combattre l’incinération car on sait depuis plus de quinze ans que l’on peut faire autrement. Que l’on peut transformer nos déchets en richesse. Il faut le vouloir, il faut y travailler en évitant d’aller au plus facile. Dans la Nièvre, plus de 250 communes sur 312 pratiquent le compostage des biodéchets et le tri sélectif aussi poussé que possible. Ce n’est pas une utopie. C’est surtout un espoir pour les habitants de Fourchambault et de Garchizy qui ont largement payé pour l’irresponsabilité et l’inconséquence de leurs élus et des responsables administratifs de cette partie de la Nièvre.



27/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres