Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

SARDY - LE PASSAGE EN FORCE !

LE PASSAGE EN FORCE !

 

 

Les évènements se bousculent dans le bois du Tronçay à Sardy-les-Epiry. 

 

 

 

Une demie douzaine de forestiers, de la société Bongard-Bazot, protégés par 80 gendarmes, ont commencé à défricher ce bois malgré la présence d'une cinquantaine d'opposants pacifiques. La Gendarmerie a employé la force pour évacuer manu militari ceux qui s'approchaient d'un peu trop près des tronçonneuses. Des renforts étaient encore attendus en fin d'après-midi.

 

    

 

Madame la Préfète, Michèle Kirry, contredisant son prédécesseur Daniel Montalon, a décidé de passer outre les dernières décisions judiciaires ou administratives, toutes défavorables au projet d'Erscia et de Nièvre Aménagement.

 

   

 

Rappelons-les : suspension (octobre 2012) de l'arrêté préfectoral du 10 juillet accordant une dérogation à l'interdiction de destructions d'espèces protégées; refus (24 décembre 2012) du Conseil d'État de prendre en compte l'appel de cette décision; troisième avis défavorable du Conseil National de la Protection de la Nature, le 14 janvier 2013.

 

  

 

Lundi 4 février 2013, la Préfète a publié un nouvel arrêté préfectoral.  Il annule l'arrêté du 10 juillet 2012,  en cours d'examen sur le fond par le tribunal de Dijon et  accorde une nouvelle  dérogation à l'interdiction de destruction d'espèces protégées censée mieux les protéger…

 

       

 

Forte de cet arrêté publié vers 10h du matin, la machine s'est mise en marche sur le terrain dans l'heure suivante, faisant fi de l'affichage légal ou des délais de recours. D'ores et déjà, cet arrêté n'est pas respecté par les mêmes autorités qui l'ont concocté. Ainsi, la surface à défricher avant le 15 février ne doit pas, dans cet arrêté, dépasser 0,44 hectare. Un huissier, dépêché sur place par ADRET MORVAN et le Collectif de Marcilly, a constaté que cette surface était largement dépassée. L'Administration et les promoteurs de ce projet se mettent à nouveau dans l'illégalité … une fois de plus !

 

Le Collectif de Marcilly, les associations DECAVIPEC et LOIRE VIVANTE saisissent immédiatement d'un nouveau recours le tribunal administratif de Dijon alerté dès ce lundi 4 février. La possibilité d'une procédure d'urgence auprès du Tribunal de Grande Instance de Nevers n'est pas complètement écartée puisque les travaux dépassent largement le cadre fixé par le nouvel arrêté préfectoral.

 

A suivre….

 

 

 

LOIRE VIVANTE & DECAVIPEC

 

 

Les photos illustrant ce texte ont toutes été prises sur place le lundi 4 février 2013


04/02/2013
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres