Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

LVNAC - Nos amies les limaces ...

Nos amies les limaces …

 

Bon je reconnais le léger angélisme de ce titre, tant ces bestioles rampantes, baveuses, qui boulottent nos plantes pendant notre sommeil, peuvent parfois nous agacer. Mieux vaut tenter de contrôler ce petit monde si l'on veut sauver nos chères salades (entre autres) mais aussi nos oeillets d'Inde par exemple. Contrôler, car dans un jardin bio, donc vivant on n'extermine pas. Les limaces ont un rôle important dans la nature, … en tant qu'aide à la décomposition de la matière organique (formation de l'humus) indispensable pour nos plantes, et en tant que maillon de la chaîne alimentaire.

Ce qui exclut les produits toxiques type anti-limaces à base de méthaldhéhyde ou de carbamate, dangereux pour nos jeunes enfants, nos compagnons domestiques et les prédateurs naturels (hérissons, oiseaux, musaraigne, orvet, crapauds …) sans parler des jardiniers eux-mêmes.

Un anti-limace, qui inhibe l'appétit, à base de phosphate ferrique (Ferramol) non toxique pour le milieu et les autres espèces, est utilisé en agriculture bio. Les non professionnels que nous sommes peuvent  essayer de s'en passer, car sa dégradation libère un engrais synthétique sous forme de phosphates, c'est un produit cher et il faut en mettre souvent.

Il s'agit donc de développer, avec plus ou moins de bonheur, une stratégie de combat sans produit toxique reposant sur la connaissance du mode de vie de ces mollusques.

Limace rouge

A côté de la limace noire (Arion Hortensis) et de la limace orange (Arion Rufus) qui vit surtout au pied des haies, la plus «redoutable» (et la plus répandue en tout cas dans mon jardin) est la limace grise (Deroceras reticulatum), l'adulte 3,5 à 5 cm gris beige, vit de 9 à 13 mois.

 

Leur reproduction : hermaphrodites comme les escargots, les limaces commencent leur  vie en tant que mâle* avant que n'apparaissent les organes reproductifs femelles. La femelle pond en automne ou au printemps entre 50 à 400 oeufs, selon les espèces, déposés en paquets. La période d'incubation dépend de la température 2 à 4 mois pour les oeufs d'automne et 2 à 3 semaines pour les pontes de printemps avec des températures de 20 degrés. Il peut y avoir deux générations par an.

 

Leur activité est liée au climat (température, hygrométrie, pluviométrie ...). Les limaces craignent le froid elles passent l'hiver enfouies dans le sol. Les hiver doux favorisent et la survie des oeufs et la survie des limaces. La grise reprend sont activité dès le dégel, pour devenir hyperactive à partir de 18 degrés.

Donc il est conseillé de gratter la terre avant les semis pour déloger les limaces en hibernation et les oeufs avant éclosion.

S'arranger pour que la date des semis ne coïncide pas avec une forte activité des limaces (le retarder ou l'avancer...).

Les limaces sont actives essentiellement la nuit (mis à part les jours pluvieux ...) et se reposent le jour dans des zones refuges, elles sont donc peu visibles.

L'astuce consiste donc à leur créer de telles zones pour ensuite pouvoir les cueillir facilement : planches, morceau de moquettes, tuiles, pot de fleurs renversés qu'on humidifie on peut compléter par un peu de nourriture ... (les granulés du chat sont appréciés !). Surtout ne pas oublier le ramassage autrement c'est mettre un autre habitat à leur disposition …

Attention au mulch qui peut leur fournir un excellent abri, le mettre en place par temps chaud et sec.

On peut aussi envisager à la tombée de la nuit des expéditions de ramassage  au moment où sortent les limaces pour se  nourrir avec la lampe torche ...

Les grosses limaces oranges en revanche, déjà faciles à repérer sont très souvent encore en vadrouille tant que la rosée est présente. Elles ne me posent aucun problème car elles restent cantonnées le long des haies fleuries.

Les limaces se déplacent grâce à une pellicule de mucus à forte teneur en eau on peut donc tenter de créer des obstacles qui déshydratent cette pellicule pour limiter leurs déplacements.

Près des zones sensibles on peut étendre de la sciure et des cendres de bois, aiguilles de pin, coquilles d'œuf, poudre d'algues calcaires, marc de café, cosses de caco ou de lin etc...  à renouveler régulièrement  pour maintenir le sol sec ,puisque ces méthodes deviennent inefficaces par temps de pluie … donc au moment même où nos limaces et escargots  en pleine forme pullulent ...

Les limaces sortant la nuit il est conseillé d'arroser plutôt le matin que le soir. Mieux vaut également des arrosages au pied des plantes abondants mais peu fréquents.



Limace grise

Les goûts alimentaires des limaces permettent aussi de les piéger :

 

Très fréquemment citée, la bière dont elles raffoleraient. Le récipient doit être placé au ras du sol, protégé de la pluie (des boîtes adéquates sont vendues dans le commerce).Il faut absolument éviter que le hérisson y ait accès, les limaces alcoolisées peuvent le rendre complètement saoul.

Personnellement j'ai renoncé à la bière, elle provoque la mort d'autres insectes utiles (carabes), il faut la remplacer régulièrement, elle attire les limaces du voisinage, (donc il est conseillé de la mettre à l'extérieur du jardin ...) et finalement peu tombent dedans.

En revanche il est des plantes qu'elles n'aiment pas du tout et qui peuvent être placées autour des zones à protéger (sur une bonne largeur) : moutarde, persil, trèfle, cerfeuil, sauge, romarin, pomme de terre, capucines, tagettes, bégonias, cassis. Avec ce dernier on peut faire macérer des feuilles une ou deux heures et en arroser les plantes.

Des pièges avec appâts sont vendus dans le commerce, ainsi que des barrières anti-limaces réutilisables.  On peut les faire soi-même avec du grillage après s'être assuré qu'il ne reste pas de limaces à l'intérieur du carré que l'on veut protéger.

Reste aussi pour la protection des jeunes plans  une bouteille plastique coupée dont les bords sont repliés à l'extérieur.

 

Enfin la nature nous apporte son aide. Un moyen efficace sont les nématodes, parasites des limaces et uniquement d'elles. Ils pénètrent dans leur corps, s'y multiplient et produisent des bactéries qui entraînent la mort. Les nématodes sont conditionnés dans une poudre d'argile qu'on dilue dans l'eau pour arroser le sol contaminé. Il s'agit bien d'une méthode curative et non préventive puisque les nématodes ont besoin des limaces pour vivre. On peut s'en procurer à Botanic sur commande.

La nature nous aide si nous faisons en sorte de rendre notre jardin accueillant pour les prédateurs naturels des limaces, hérissons, orvets, coléoptères (carabes), mille-pattes, taupes, crapauds, musaraignes, oiseaux.. (étourneaux, pigeon, corvidés..).

 

Jacqueline Thévenot

 

(*) Lors de l'accouplement nous sommes en présence de 2 mâles qui s'échangent leurs spermatozoïdes qui sont ensuite stockés dans une poche. Ces mâles se transforment en femelles, produisent des ovules qui seront fécondés par le sperme stocké.



14/04/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres