Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

LGV - POCL - Communiqué du 14 novembre 2012

Collectif STOP LGV POCL

(Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon)

 

Communiqué

 

Depuis le débat public et l'échauffement des esprits face au projet titanesque de construction d'une ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon, le temps devrait maintenant revenir à la raison et au discernement. Le conseil d'administration de RFF n'a pas voulu poursuivre les études en vue de mener le projet à sa phase finale de réalisation, mais s'interroger à nouveau sur son opportunité, par la poursuite d'études préliminaires. Est il pertinent de vouloir :

 

‐ Relier Clermont Ferrand à Paris en deux heures ?

‐ Relier Orléans au réseau à grande vitesse, alors qu'elle y est presque ?

‐ Doubler la ligne LN1 Paris Lyon ?

 

Des questions fondamentales persistent :

 

La saturation de la LN1 Paris Lyon actuelle a été maintes fois mise en avant, mais jamais prouvée. Nous demandons que cette question soit étudiée sérieusement au fond. L'impact environnemental de la LGV n'a été que sommairement abordé lors du débat public. Nous avions proposé des études par des universitaires indépendants pour valoriser financièrement l'impact de la LGV et des travaux sur la biodiversité notamment ordinaire, conformément aux conclusions de la conférence de Nagoya sur la biodiversité. Le bilan socio économique présenté par RFF repose sur du vent, il s'appuie essentiellement sur une rentabilité du au gain de temps dans des déplacements de quelques uns.

 

Comment faire entrer cette ligne dans Paris et dans Lyon alors que les réseaux sont saturés dans des zones hyper urbanisées ?

 

Alors que les promoteurs de cette ligne se gargarisent de développement économique, aucun d'entre eux n'en a fait la démonstration. Les infrastructures ne sont pas à l'origine des activités, elles ne font que les déplacer. Les élus échauffés par le débat public doivent maintenant revenir aux réalités. Vont‐ils toujours plus ponctionner leurs électeurs, pour construire une ligne de 15 milliards d'euros, financée à près de 90% par de l'argent public et qui ne servira qu'à "l'élite ferroviaire" ?

 

Le 30 octobre 2012, le ministre des transports a présenté les axes de la réforme du système ferroviaire français qui repose sur l'amélioration de l'existant. Nous n'y trouvons pas la place pour le projet POCL. Il s'agit maintenant de dégonfler la bulle dans laquelle se sont enfermés les élus et de construire un réseau performant sur les lignes actuelles, pour les villes du grand Centre‐ Auvergne en liaison avec l'Ile de France, le sud est et le sud ouest, cela pour dix fois moins cher.

 

Par la voix de son président Guillaume Pépy, la SNCF a déclaré étudier le remplacement des rames TEOZ par des TGV de 1ère génération rénovées qui pourraient rouler à 220 km/h. Ce qui confirmerait le Collectif STOP‐LGV‐POCL dans ses options d'opposition au projet le LGV POCL.

 

Le 14 novembre 2012

 

Contacts : Pierre Kaluzny 02 48 80 40 07 - Philippe Charlot 06 31 66 75 37



14/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres