Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

DECAVIPEC-Les mauvaises herbes gagnent la guerre....

Les "mauvaises herbes"** gagnent la guerre contre les OGM

 

Après les insectes envahisseurs* les mauvaises herbes sont devenues le cauchemar des agriculteurs américains.

Les semenciers leur avaient assuré qu'ils n'auraient plus jamais de soucis : avec les OGM résistants aux herbicides, il leur suffirait de pulvériser du glyphosate (le Roundup de Monsanto), un seul passage, pour être tranquilles.

Le glyphosate est une molécule créée par Monsanto, aujourd'hui dans le domaine public.

Au début, les rendements ont été meilleurs, le temps de travail et les coûts étaient réduits, le bonheur était dans les champs. Las, les agriculteurs depuis ont déchanté et se disent floués. Ces derniers ont dû augmenter les pulvérisations de Roundup et d'herbicides complémentaires. Des témoignages rapportés par Inf'OGM en 2011montrent une augmentation massive de la consommation d'herbicides depuis l'introduction des OGM :

« Lors de la pollinisation, les cultures OGM disséminent directement dans l'environnement leurs gènes modifiés et peuvent transmettre à certaines espèces sauvages le caractère de résistance au glyphosate ».

Dans les champs de maïs la consommation d'herbicide est passée de 1,8 million de tonnes en 2000 à 30 millions en 2011.

Les mauvaises herbes deviennent résistantes au Roundup, elles multiplient très vite et envahissent les champs de soja, coton, maïs, colza, betteraves etc. Près de 8 millions d'hectares seraient infestés par 23 espèces résistantes, chiffre sous-estimé car il ne prend en compte que les plantes résistantes à une dose quatre fois supérieure à celle couramment employée, quantité d'autres espèces tolèrent des doses plus basses de glyphosate et ce sont elles qui ont un gros impact dans les cultures. Elles seront dès demain plus de 380. Chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances ; leurs mécanismes de défense sont efficaces et, une fois sélectionnées, ils sont transmis à leur nombreuse descendance. Ainsi l'amarante de Palmer (plante buissonnante poussant très vite), ses graines minuscules innombrables infestent les cultures de soja et coton.

Xavier Reboud, de l'INRA de Dijon, explique : « avec les herbicides, il se passe la même chose qu'avec les antibiotiques. A les utiliser trop souvent et systématiquement, ils perdent leur efficacité car les plantes développent des résistances ». La crise actuelle ne le surprend pas : il l'attendait même plus tôt.

Pour faire face à la situation, les industriels ont trouvé la solution : ils projettent d'associer d'autres herbicides aux plantes OGM. Ces apprentis sorciers ont toujours une réponse aux problèmes qu'ils ont créés, réponse qui sera plus onéreuse pour les clients, le fait d'accroître l'évidence de plus de développement de résistance ne les atteint nullement : vendre et rendre dépendants les cultivateurs est leur seul objectif. Pour l'instant Monsanto « offre » un deuxième herbicide, les plantes deviendront ainsi résistantes à celui-ci.

 

Xavier Reboud tire la sonnette d'alarme : « la sensibilité des plantes aux herbicides est un bien commun et l'agriculture industrielle est en train de le détruire…On va droit dans le mur »

Des alternatives aux OGM existent, elles demandent plus de travail, le confort des OGM n'était qu'un leurre, la France doit être confortée dans ses interdictions et continuer sa politique anti-OGM.

Les semences RR (Roundup Ready) représentent  aux Etats-Unis 90% pour les cultures de coton, 95% pour la betterave et 63% pour le maïs. Des études récentes exposent une controverse : le glyphosate serait potentiellement cancérigène selon Robert Bellé, professeur à l'Université Pierre et Marie Curie. Des chercheurs de Québec ont mis en évidence, pour la première fois, la présence de pesticides associés  aux aliments génétiquement modifiés dans le sang de femmes enceintes, de foetus et de femmes non enceintes. Des herbicides à base de glyphosate ou de glufosinate et des protéines insecticides Cry 1Ab ainsi que leurs résidus ont été retrouvés dans des prélèvements sanguins : « leur régime alimentaire est annoncé comme typique d'une zone industrialisée du Canada ».

 

Une majorité de la population de pays utilisant les cultures OGM sera exposée via leur alimentation quotidienne  aux pesticides.

 

 

                                                                                    Danièle Auclin

 

* voir article : «  la nature a horreur du vide » du 15 mai 2010 

** les "mauvaises herbes" sont des végétaux indésirables dans les cultures, je préfère les appeler "herbes folles" dans mon jardin où elles ont leur place.  Les termes "mauvais" et "nuisibles" ne font pas partie de notre vocabulaire


 

 

 

 



29/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres