Nature et Environnement en Nièvre

Nature et Environnement en Nièvre

DECAVIPEC-L'écolabel MSC et la protection des ressources maritimes

L'écolabel MSC et la protection des ressources maritimes

 

 

Le label MSC (Marine Stewart Council) censé protéger les ressources martines est-il efficace ?

 

 

La petite étiquette bleue et ovale est présente sur certains paquets de poissons surgelés et plus rarement sur les étals de poissonniers concernant certains poissons (lieu noir et sardines).

Le label MSC a été créé en 1997 par la firme Unilever et le WWF pour lutter contre la surpêche. Quatre critères avaient été retenus : toute pêcherie certifiée doit assurer la pérennité de son activité et ne pas surexploiter la ressource ; elle doit préserver la production et la diversité de l'écosystème dont elle dépend ; elle doit respecter toutes les règlementations et enfin, assurer la  traçabilité « du bateau à l'assiette ».

 

Le MSC est aujourd'hui le premier écolabel des produits de la mer au niveau planétaire, mais une équipe d'océanographes conteste l'efficacité de ce label. Si au départ les scientifiques et les ONG ont été les plus ardents soutiens de MSC, ils se montrent maintenant les plus critiques.

 

Ils dénoncent, par exemple, le fait que la pêcherie du colin d'Alaska (1 million de tonnes/an dans le détroit de Béring) bénéficie du label depuis 2005 alors que ce poisson est en grand danger de disparition. Pour les pêcheries du merlu du Pacifique certifiées en 2009, cette espèce a perdu 90% de sa population depuis les années 1980.

 

Plus grave encore MSC certifie des pêcheries en Antarctique, zone qui suscite la convoitise des pêcheries industrielles pour 2 espèces en particulier, le krill* (crevettes) et la légine**.

 

Des pêcheries certifiées utilisent des engins de pêche destructeurs comme le chalut de fond, ce qui paraît inadmissible. Pour contourner la règlementation de certaines espèces en danger, un tiers de ces poissons est vendu sous de faux noms.

 

Les scientifiques demandent la refonte de cette organisation avec plus de représentants du monde scientifique et des pays du sud. 10 millions d'euros de dons sont versés à MSC chaque année, elle devait promouvoir et garantir une pêche réellement durable mais elle donne une certification à des pêcheries loin d'être exemplaires et qui ne changent pas leur pratique une fois le label obtenu.

 

Pour le consommateur il devient de plus en plus difficile de choisir et d'acheter du poisson sans craindre de favoriser le pillage des mers.

 

 

 

*En mai denier  MSC a certifié une pêcherie norvégienne au krill, ces crevettes sont utilisées pour engraisser du bétail ! Pêche durable ?

** On connaît très peu de choses actuellement sur le fonctionnement des populations de la légine.

 

 

                                                                           Danièle Auclin

 

 

                                        



13/09/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres